billet 3

La question de l’expérience acquise au Canada semble être complexe pour la plupart des professionnels des TI qui désirent travailler dans leur domaine au Québec. Étant donné le manque d’informations officielles sur le sujet, celles qui circulent sont souvent trompeuses et sèment la confusion chez les professionnels des TI d’ailleurs dans le monde. En vérité, il y a de nombreux facteurs à prendre en considérationlorsqu’on cherche un emploi dans le secteur québécois des TI, mais, la plupart du temps, le manque d’expérience acquise au Canada n’en fait pas partie.

L’expérience acquise au Canada n’est pas un préalable dans le secteur des TI, et les raisons en sont fort simples :

  • Le secteur des TI est en pleine expansion au Québec, un phénomène à la source de la pénurie de main-d’œuvre. Il y a ainsi un nombre plus important de postes à pourvoir que de professionnels québécois pour les occuper. Les besoins en professionnels formés à l’étranger qui possèdent les compétences techniques répondant aux exigences des postes à pourvoir sont donc bien réels.
  • Il n’y a pas d’ordre professionnel (comme l’Ordre des ingénieurs du Québec) qui régit l’accès aux professions en TI, même pour les ingénieurs en logiciel.
  • Que ce soit pour les technologies ou les méthodes utilisées, le domaine des TI est assez homogène partout dans le monde. Un professionnel des TI peut ainsi sans trop de difficulté mettre à profit au Québec les connaissances et les compétences techniques acquises ailleurs.

Les entreprises québécoises ont donc trois choix quand vient le temps de pourvoir un poste pour lequel la  main-d’œuvre se fait rare :

  • Embaucher un professionnel d’expérience formé à l’étranger qui détient les connaissances requises pour l’emploi.
  • Embaucher un nouveau diplômé qui a très peu d’expérience ou n’en a pas du tout.
  • N’embaucher personne.

La conclusion est assez facile à tirer : l’option la plus logique est l’embauche d’un professionnel formé à l’étranger. Ce dernier, s’il veut trouver du travail dans son domaine, doit d’ailleurs se poser deux grandes questions (en ordre d’importance) :

  • Ai-je les compétences techniques et l’expérience exigées par le marché québécois des TI?
  • Est-ce que je possède les aptitudes en communication nécessaires?

Ce sont les deux plus importantes questions à se poser si on veut décrocher un emploi au Québec. Afin de vous aider à répondre adéquatement à ces deux questions, nos prochains articles porteront sur différents aspects que vous devriez considérer avant d’intégrer le marché québécois des TI. Nous vous donnerons quelques trucs pour rehausser votre profil et rendre votre candidature la plus attrayante possible pour les employeurs potentiels. Après tout, on ne cherche pas qu’à travailler dans son domaine : on veut aussi occuper un poste de qualité dans l’optique de reprendre votre carrière là où vous l’avez laissée.

Afin de vous permettre d’en connaître davantage sur le marché québécois des TI, notre prochain article traitera des profils spécialistes versus généralistes et lequel des deux est plus recherché au Québec. Demeurez alerte!